SCIENCE

Le satellite Aeolus tombe sur Terre : L'ESA tente une manœuvre révolutionnaire

Aeolus, le satellite de l'Agence spatiale européenne (ESA) conçu pour étudier les vents de la Terre à l'aide de milliards d'impulsions laser, rentre enfin chez lui après une mission de cinq ans, au cours de laquelle il a donné un formidable coup de pouce à la recherche sur les prévisions météorologiques mondiales.

Pour le ramener à la maison, l'ESA prévoit d'utiliser la petite quantité de carburant encore présente dans le réservoir pour effectuer une chute contrôlée, un type de rentrée, écrit l'ANSA, qui est unique et jamais tenté auparavant. Initialement, le satellite avait été conçu pour une chute incontrôlée vers la surface.

L'ESA pourrait ainsi ouvrir la voie à un nouveau type de mission dans l'espace, beaucoup plus sûre et avec la possibilité, à l'avenir, de réutiliser certains composants. En outre, le problème des débris spatiaux pourrait également trouver une solution.

Freepik
Le satellite Aeolus se dirige vers la Terre
Aeolus, le satellite de l'Agence spatiale européenne (ESA) conçu pour étudier les vents terrestres à l'aide de milliards d'impulsions laser, rentre enfin chez lui après une mission de cinq ans, au cours de laquelle il a donné un élan incroyable à la recherche sur les prévisions météorologiques mondiales.
Freepik
Le nouveau projet de l'ESA
Pour le ramener à la maison, l'ESA prévoit d'utiliser la petite quantité de carburant encore présente dans le réservoir pour effectuer une chute contrôlée, un type de rentrée, écrit l'ANSA, qui est unique et jamais tenté auparavant. Initialement, le satellite avait été conçu pour une chute incontrôlée vers la surface.
Freepik
De nouvelles solutions pour les voyages dans l'espace
L'ESA pourrait ainsi ouvrir la voie à un nouveau type de missions spatiales, beaucoup plus sûres et avec, à l'avenir, la possibilité de réutiliser certains composants. En outre, le problème des débris spatiaux pourrait également trouver une solution.
Freepik
Tim Flohrer de l'ESA.
Tim Flohrer, chef du Bureau des débris spatiaux de l'Esa, a expliqué, comme le rapporte l'ANSA : "Cette tentative de rentrée assistée va bien au-delà des normes de sécurité de la mission, qui a été planifiée et conçue à la fin des années 1990. Dès que l'on a découvert qu'il était possible de réduire encore le risque, déjà minime, pour les êtres vivants et les infrastructures, la machine s'est mise en marche. Si tout se passe comme prévu, Aeolus sera conforme aux normes de sécurité en vigueur pour les missions conçues aujourd'hui".
Freepik
Quand le satellite reviendra-t-il sur terre et quelle est l'altitude minimale ?
Aeolus se dirige actuellement vers notre planète, après être parti de son altitude "de travail" de 320 kilomètres. Il se déplace actuellement à une vitesse d'environ 1 km par jour, mais commence à accélérer de plus en plus. Le jour exact de sa chute dans l'atmosphère terrestre n'est pas encore connu, mais selon les données disponibles de l'ESA, elle devrait avoir lieu entre la fin du mois de juillet et le début du mois d'août.
Freepik
L'opération de rentrée
Lorsque l'altitude de 280 km sera atteinte, toute une série d'instructions sera envoyée pour amener le satellite au "point optimal", à partir duquel il commencera réellement sa chute vers l'océan. Les manœuvres qui suivront serviront ensuite à faire descendre le satellite encore plus bas, jusqu'à atteindre une altitude de 80 km, où il commencera à se consumer dans l'atmosphère : il se désintégrera presque complètement à ce stade, mais quelques débris pourront atterrir sur Terre.
01/01/1970
01/01/1970
Informativa ai sensi della Direttiva 2009/136/CE: questo sito utilizza solo cookie tecnici necessari alla navigazione da parte dell'utente in assenza dei quali il sito non potrebbe funzionare correttamente.